BIOGRAPHIE : JOANNE SHENANDOAH

Joanne Shenandoah est l’une des artistes autochtones les plus prolifiques des Etats-Unis. Elle dit : « Quand j’ai besoin d’une chanson, je m’asseoie et j’en écris une. » Elle s’empresse quand même d’avouer qu’elle ne prend aucun crédit personnel pour ses chansons car elles sont inspirées de ses ancêtres. Elle poursuit en disant : « Lorsque j’écoute la chanson « Once in a red moon – lancé en 1994», par exemple, les chants me surprennent encore car je peux y entendre ressortir les voix du passé et celles futures. »

Membre du clan du loup de la nation Oneida, Shenandoah est né en territoire iroquois. On lui a donné le nom de « Takalihwa Kwha » - elle chante, prononcé Dé-ga-la-wha-wha. Son père, Clifford, était un guitariste de jazz accompli. Sa mère, Maisie, chantait et c’est ce que firent ses 5 autres enfants. Ted Silverhand, un aîné de du clan Tuscarora, une des six nations de la confédération iroquoise, a eu une vision du succès de sa carrière musicale et même plus encore alors que Joanne était bébé. En grandissant, elle jouait à faire des spectacles, participait au groupe et à la chorale de l’école, chantait aux mariages et aux fêtes puis jouait contre rémunération périodiquement. Sa mère raconte qu’elle était toujours surprise de voir Joanne prendre un instrument et en jouer tout naturellement comme si de rien n’était.

Ses réalisations ne cessent de se succéder. Elle a participé à deux inaugurations présidentielles de Clinton, contribué à la réalisation de la bande sonore du film « An Indian in the cupboard (Un indien dans le placard ) – un film de Disney» et d’émissions télédiffussées telles que « Northern Exposure » et « How the West was Lost (Comment l’ouest fut perdu ) ». Elle fut même nominé pour un Pulitzer en musique pour sa composition « Ganondagan » et co-écrit un livre avec Doug George intitulé « Skywoman – la femme qui venait du ciel », un recueil de légendes iroquoises.

Elle apparaît aussi sur l’album de Robbie Robertson « Contact from the Underworld of Redboy ». Elle vient d’enregistrer une chanson intitulée « Treaty (Traité) » co-écrite avec Neil Young et Brian Kirkpatrick, laquelle sera lancé sur son prochain album « Eagle Cries- L’aigle pleure ».

Jusqu’à présent, elle a lancé huit albums : l’un éponyme « Joanne Shenandoah », « Loving Ways », « Once in a Red Moon », « Life Blood », « Orenda » en collaboration avec Lawrence Laughing , « All Spirits sing », « Matriarch » et « Peacemaker’s Journey. Cinq de ses albums furent produits sous l’étiquette Canyon Records, « Life Blood fut enregistré avec Silverwave Records et son dernier album « Matriarch » fut co-produit par Tom Wasenger.

Au sujet de son premier album éponyme, lancé en 1989, celui-ci contient des chansons qui combinent des chants contemporains et des compositions musicales originales lesquelles ont la tendance d’être plutôt axées sur la musique folk-country. Quelques-unes de ses bandes composent la trame sonore de téléséries telles que Northern Exposure.

« Loving Ways », son second album, fut co-réalisé en 1991avec A. Paul Ortega. Il présente des chansons d’amour lesquelles sont écrites et réalisées en solo et en duo, quelques bribes tissent aussi la trame sonore de l’émission « Northern Exposure » sur la chaîne américaine CBS.

En 1992, Shenandoah établit « Round Dance Production », une fondation éducative à but non-lucratif dédié à la préservation de la culture iroquoise. Déjà, l’organisme revendique la plus grande collection de musique iroquoise. Son but est d’éventuellement mettre sur pied un studio d’enregistrement pour les artistes autochtones.

« Once in a Red Moon », son troisième album, est lancé en 1994, il inclut toutes les compositions originales qui ont pour sujet la vie autochtone contemporaine et les questions autochtones.

Le quatrième album « Life Blood », enregistré en 95, regroupe une collection de chansons de femmes iroquoises qui honorent les femmes dans la vie de Shenandoah. En 1997, cet album a remporté un prix « Indie» donné par NAIRD, la plus grande maison de distribution autochtone de disques indépendants. C’est un enregistrement séminal faisant le pont entre le riche héritage d’une des meilleures artistes autochtones et le génie d’un des pianistes et compositeurs des Etats-Unis, Peter Kater. Concernant Peter Kater, il vient tout juste d’enregistrer en 2001 un album avec Carlos Nakai, « Through Windows & Walls ».

« Orenda », le cinquième album, fut produit en 1993, avec la collaboration de Lawrence Laughing. « Orenda » signifie l’esprit de toute chose. Ces chansons célèbrent la vie et notre connection à l’esprit universel, créant ainsi un sens de paix, d’harmonie et de gratitude. Elles sont des dérivées de chants de cérémonie et de danse sociale autochtone. De chants traditionnels aux ballades contemporaines, Orenda a un son moderne qui remplit autant la pièce de l’auditeur que son esprit d’une belle sonorité.

Sur le sixième album, « Matriarch », lancé en 1996, Joanne chante sur des tons purs et passionnés qui résonnent de sagesse et de vérité. Tom Wasenger, co-producteur, a enregistré cette collection de mélodies et de chants iroquois dans l’ancien village du territoire Oneida à New York. « Matriarch » honore toutes les femmes comme celles qui donnent la vie sur notre terre la mère ». L’album offre une vue d’ensemble de l’histoire et la culture des femmes de Haudenosaunee, les gens de la longue maison.

Shenandoah a récemment appris que « Matriarch » jouait dans les centres de guérison à travers l’Amérique. Ce qui ne la surprend pas car elle ajoute : « Nous avons tous besoin de guérison spirituelle et tout ce qui peut célébrer la vie sur terre est un don. Ça c’est la manière iroquoise».

Le septième album lancé en 1997, « All Spirits Sing (Tous les Esprits chantent)», est un album pour enfants du monde, petits et grands. Il relate le parcours musical d’une jeune iroquoise en quête de sa propre voix et d’un chant personnel. Ces chansons lancent un message chaleureux et d’humour pour qui la gêne l’envahit et l’empêche de chanter, même si c’est son souhait le plus cher.

En 2000, son huitième album « Peacemaker’s Journey » est lancé. D’après Shenandoah, « Le monde dans lequel nous vivons nous amène à penser à nos enfants et à ceux qui ne sont pas encore nés. À la lumière de toute la violence, la guerre et la pression faites sur les enfants du 20e siècle, j’étais interpellée à composer des chansons qui racontent l’histoire du faiseur de paix qui a amené la paix aux « Haudenosaunee », les gens de la longue maison, connus aussi sous le noms d’Iroquois. La prophétie d’Haudenosaunee dit qu’un jour tous connaîtront son magnifique message de paix. Cet album a reçu le prix « Indie » de meilleur album de l’année 2000 par NAIRD, la plus grande maison de distribution autochtone.

« Il y a plein de bonnes choses que vous pouvez faire sur terre », de dire Shenandoah. « La musique est une vraie belle façon de communiquer. C’est un façon de guérir. Les gens sont touchés par la musique, cela change leur vie ».


DISCOGRAPHIE : JOANNE SHENANDOAH

1989 Joanne Shenandoah
1991 Loving Ways
1993 Orenda (avec Lawrence Laughing)
1994 Once In Red Moon
1995 Life Blood (avec Peter Kater )
1996 Matriarch
1997 All Spirits Sing
2000 Peacemaker’s Journey

(Retour à la page 'Nos Artistes' )

Vive la différence !